Art septentrional et Renaissance française sous François Ier

À l’évocation de François Ier on pense généralement à Chambord, Fontainebleau, à la renaissance des arts en France et aux nombreux artistes italiens présents à sa cour dont le plus célèbre est bien sûr Léonard de Vinci.
Sans François pas de Léonard en France, pas de Joconde au Louvre. Ce n’est pourtant pas à lui ni à ses contemporains que le musée(1) a décidé de rendre hommage.

Si les arts d’Italie avaient une place de choix dans le cœur du souverain, ils n’en avaient toutefois pas l’exclusivité. Les artistes septentrionaux, venus principalement des anciens Pays-Bas Bourguignon, ont également eu une part prépondérante. Preuve en est le plus célèbre portrait de François Ier réalisé par l’un d’eux : Jean Clouet.

François Ier, roi de France
Jean Clouet, François Ier, roi de France © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre)

Barbe bien taillée, épée à la main, richement vêtu, monumental, le souverain continue d’impressionner.

Ne nous y méprenons pas. Bien que le nom du souverain soit en tête d’affiche de l’exposition il n’en est pas le centre. Il n’est évidemment pas absent pour autant, mais  il participe avant tout au contexte pour une meilleure compréhension de comment s’est développé cette  influence septentrionale sous son règne.

Moins connus mais pas moins nombreux, les artistes néerlandais ont fortement impacté la production de leur temps. À J. Clouet s’ajoutent de nombreux artistes, peintres mais aussi sculpteurs. Parmi eux retenons Corneille de Lyon et ses fabuleux portraits (2).

corneille de lyon 1
Exposition François Ier et l’art des Pays-Bas – salle Corneille de Lyon © 2017 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Les panneaux sont dans deux arcs de cercles, la lumière est tamisée. La mise en scène est subtile, les personnages semblent se répondre comme  absorbés dans une discussion. Cette ambiance intimiste nous donne l’impression de nous immiscer au sein de cet échange.
Là est l’un des grands points fort  de l’exposition : la scénographie ! Au propos riche, s’ajoute une mise en scène bien pensée, sans surcharge, les œuvres respirent et il est des plus agréables de se promener au milieu d’elles et de les admirer.

Informations pratiques :
François Ier et l’art des Pays-Bas
Musée du Louvre
du 18 octobre 2017 – 15 janvier 2018
Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€

—————————

Amoureux de François de Ier, sachez également que le musée du Louvre a lancé une campagne de mécénat pour tenter d’acquérir l’un des livres d’heures du souverain. Plus d’information en cliquant ici 

————————-

(1) Le Louvre avait consacré une exposition à Léonard de Vinci et à sa Sainte Anne en 2012.

(2) Il s’agit en réalité d’un artiste assez mystérieux auquel n’est rattachée avec certitude qu’une seule œuvre: Le portrait de Pierre Aymeric. Pour les autres qui lui sont attribuées, ou la confirmation reste à faire ou elles peuvent avoir été réalisées par des anonymes se plaçant dans la même lignée.


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s