Qu’est-ce que le patrimoine ?

Le week-end dernier se déroulaient dans toute la France les journées européennes du patrimoine ! Pour l’occasion vous avez été des milliers à vous rendre dans les grandes institutions nationales ou régionales pour découvrir la richesse de notre pays.

Sa richesse se limite-t-elle pour autant à son aspect culturel ? Voici l’occasion de se pencher sur la notion de patrimoine.

Patrimoine vient du latin patrimonium qui signifie l’héritage du père (en opposition à « matremoingne » qui correspond à l’héritage de la mère). Aujourd’hui ce terme correspond à  l’ensemble des biens hérités des ascendants ou réunis et conservés pour être transmis aux descendants (définition du CNRTL (1)).

Partant de là, il est souvent considéré qu’il existe deux sortes de patrimoine :

  • Celui dont on hérite d’un parent et qui concerne des biens mobiliers et immobiliers (2). C’est un patrimoine privé.
  • Celui propre à une nation, une région, etc. Il s’agit là d’un héritage commun qui nous permet de connaître notre histoire et de comprendre son fonctionnement actuel.

La notion de patrimoine remonte loin dans le temps, déjà au Moyen Âge bien qu’il ne soit pas possible de parler de patrimoine on peut observer des réflexes de sauvegarde et de présentation d’objets jugés de valeur comme les regalia ou encore les reliques de saints. Par la suite l’état monarchique apparait comme le premier à mettre en place un système de conservation des biens, ce à titre évidement privé, avec les collections royales qui se développent à partir de la Renaissance. L’Église aussi va se créer des collections – comme en témoigne aujourd’hui encore le musée du Vatican. Mais dans les deux cas, ceux qui conservent ne se privent pas non plus de détruire ce qui les indispose ! Il faut attendre les dernières années de l’Ancien Régime pour voir une volonté de sauvegarde et une notion de patrimoine commun émerger véritablement en France, avec notamment l’abbé Mercier qui demande à la municipalité de Paris en 1783 « qu’aucun monument ancien ne soit détruit sans une enquête préalable de l’autorité publique ». La Révolution marque également un tournant, avec les inventaires réalisées dans les années suivantes qui permettent de rassembler les « oeuvres » en raison de leur intérêt pour une nation(3). Les deux grandes guerres du XXème siècle mobilisent aussi énormément pour le patrimoine, les populations étant souvent choquées lorsque les grands monuments et notamment les cathédrales sont bombardées.  L’intérêt du public pour son patrimoine va croissant avec le temps, de même que le nombre de monuments classés (4).

L’ensemble du patrimoine ici évoqué peut être appelé patrimoine culturel, il revêt une importance artistique et/ou historique. Il regroupe l’architecture, les arts picturaux, la sculpture, l’ethnologie, la linguistique, le documentaire, la religion, la cuisine. Il est fruit de la création des générations passées.

Mais ne résumer le patrimoine qu’à ces deux grandes catégories serait en oublier une autre toute aussi importante et qui est souvent délaissée : le patrimoine naturel !

Il s’agit de sites ne résultant pas de l’action de l’Homme et qui sont encore relativement épargnés par son empreinte. Il comprend les parcs naturels, des réserves, des paysages etc… Au même titre que le patrimoine culturel, le patrimoine naturel constitue un héritage commun, que nous nous devons de préserver. C’est pour cela que l’UNESCO (5) dans son classement du patrimoine mondiale comprend tant des éléments « culturels » comme les rives de Seine de Paris avec la cathédrale Notre-Dame ou encore la Sainte-Chapelle que des éléments « naturels » comme le parc national des Cévennes ou encore le mont Perdu dans les Pyrénnées (6) !

Je vous invite à compléter cette lecture par ce documentaire réalisé en 2012 par Des racines et des ailes à l’occasion des 40ans du patrimoine mondial par l’UNESCO: « un patrimoine pour l’humanité ».

—————————————-

(1) Centre national de ressources textuelles et lexicales.

(2) Nous pouvons y inclure le patrimoine générique.

(3) Les inventaires sont alors régis par un traité intitulé Instruction sur la manière d’inventorier et de conserver, dans toute l’étendue de la République, tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l’enseignement écrit par Felix VICQ-D’AZYR et publié en 1793.

(4) Pour une historique plus poussée de la notion de patrimoine je vous invite à lire l’article de Thibault Le Hégarat, « Un historique de la notion de patrimoine » en cliquant ici.

(4) L’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, en anglais United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, qui a été fondée en 1945 suite à la seconde Guerre Mondiale. Plus d’infos en cliquant ici.

(5) Vous pouvez retrouver ici l’ensemble de la liste des biens classés au patrimoine mondial par l’UNESCO.


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s