Et si les nazis avaient gagné la Guerre ?

Et si le troisième Reich avait remporté la seconde Guerre Mondiale ?
1941, les États-Unis d’Amérique perdent l’ensemble de leurs troupes lors de l’attaque de Pearl Harbor.
L’année suivante Stalingrad tombe.
Les débarquements alliés en Europe sont un échec.
Allemagne et Japon gagnent du terrain, s’emparent de l’Australie, attaquent l’Angleterre.
Les forces d’Axe gagnent et se divisent le monde.

maitre du haut chatea
Le monde politique tel que le roman l’exprime. Les tons rouges et rose renseignent sur l’Empire allemand et ses vassaux, les tons verts sur l’Empire japonais et ses vassaux.

Voici l’uchronie (1) imaginée par Philip K. Dick, maître de la Science-Fiction, dans les années 60 et qui lui a valu le prix Hugo du meilleur roman en 1963 (2).
Ce sujet a été repris de nombreuses fois, tant dans des livres que dans des films ou encore des séries (3), toutefois l’ouvrage de P. K. Dick fait aujourd’hui encore office de référence.

L’histoire se développe dans les années 60, au travers de cinq personnages principaux dont le seul véritable lien est un livre : Le poids de la sauterelle… ouvrage qui décrit un monde où le Reich sort perdant de la seconde Guerre Mondiale, et qu’il est interdit de lire ! Une uchronie dans l’uchronie (4) ! On finit par ne plus savoir si on est dans la réalité ou non. Mais après tout, le but de ce livre ne serait-il pas ne nous forcer à nous questionner sur notre perception du réel ?

Le maître du haut château est en fait un ouvrage complexe, pas toujours évident à suivre. Notamment si vous n’avez pas de bonnes connaissances historiques de cette période. Mais pour peu que l’on s’accroche, on plonge littéralement dans ce monde parallèle, à la fois si différent et familier.
Pour ma part, je ne me suis pas toujours sentie à l’aise au court de ma lecture, les propos racistes/ antisémites de certains personnages, le ton froid, factuel de l’auteur sont autant d’éléments destabilisants. Cela l’est d’autant plus que cette uchronie se nourrie des atrocités qui se sont réellement passées, et nous laisse entrevoir un univers qui aurait pu devenir réalité. 
C’est une lecture qui ne laisse pas indifférent !

Philip Kindred Dick, Le maître du Haut Château aux éditions J’ai lu.  

Ps : je vous conseille la dernière édition de 2017 qui comprend la suite, inachevée, de l’ouvrage.

Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat avec les éditions J’ai lu, que je remercie pour la lecture fournie !

———————————–

(1) L’uchronie est une fiction, plus exactement c’est une Histoire refaite, en pensée, telle qu’elle aurait pu être et qu’elle n’a pas été (définition du CNRTL)

(2) Rien à voir avec Victor Hugo. Ne mentez pas, comme moi vous y avez pensé ! Le Hugo Award a été créé en 1953 aux États-Unis, chaque année depuis il récompense les meilleurs ouvrages de science-fiction. Le nom « Hugo » renverrait à Hugo Gernsback, fondateur de l’une des premières revues américaines dédiées à la SF.

(3) En 2015 est sortie la série The Man in the High Castle adaption, plus ou moins libre, du roman de P. K. Dick.

(4) Si la trame du Poids de la sauterelle correspond à l’histoire que nous connaissons, elle ne correspond pas pour autant à la réalité… je vous laisse le découvrir en lisant le livre.

(5) Prenez l’une des dernières éditions de l’ouvrage dans lesquelles la traduction a été revue, et renforce le ton employer.

 


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s