UN ÉTÉ À PARIS – 2017

Que vous soyez sur la capitale seulement quelques jours ou tout l’été, rassurez-vous, si les parisiens désertent la ville continue de regorger d’activités.

À côté des éternels Paris-plage, cinémas de plein air et parcs ouverts la nuit il y a bien sûr les expositions temporaires ! Les musées, endroits parfaits pour trouver un peu de fraîcheur durant les chaudes journées de juillet et d’août.

Voici ma sélection (non exhaustive) des expositions à faire cet été à Paris – classées selon leur date de fermeture :

Picasso Primitif  au musée du Quai Branly
du 28 mars au 23 juillet 2017

Si vous ne l’avez pas encore fait, il vous faut absolu découvrir cette exposition avant sa fermeture.
Fidèle à son habitude, le musée du Quai Branly met en lumière l’art non occidental avec cette fois un angle nouveau : ses liens avec l’un des emblèmes du XXème siècle : Pablo Picasso. Le but révéler le rapport que ce dernier a entretenu avec les arts dits primitifs. Une exposition que j’ai pour ma part trouver particulièrement rafraichissante car elle sort des cadres, soulignant un art poreux capable de se nourrir de toutes les sources d’inspirations existantes aussi diverses soient-elles. D’ordinaire peu sensible à l’oeuvre de Picasso, j’ai véritablement redécouvert l’artiste dans cette exposition qui permet de mieux cerner toute une partie de son oeuvre.

Mon coup de coeur : la confrontation entre les oeuvres de Picasso et celles qui l’ont inspirée. On retrouve dans les deux cas ces mêmes lignes essentielles qui viennent donner sens aux compositions.

Trésors de l’Islam à l’Institut du Monde Arabe
Du 14 avril au 30 juillet 2017

Pas forcément évident de parler d’Islam ces dernières années sans avoir en tête une foule de clichés à l’esprit. L’Institut du Monde Arabe a pourtant relevé le défi avec une exposition traitant de son développement sur le continent africain.
Objets anciens et art contemporain se côtoient pour nous faire découvrir un Islam original marqué par les civilisations où il s’est développé. Une religion pacifique, tolérante et riche en couleurs.

Mon coup de cœur de l’exposition : l’espace dédié à l’architecture subsaharienne. Singulière, elle est la preuve qu’il n’y a pas un modèle unique à suivre et que c’est par les échanges que l’on s’enrichit.

France Allemagne(s) 1870-71 au Musée de l’Armée
Du 13 avril au 30 juillet 2017

Présenté comme cela ce n’est peut-être pas très alléchant et bien détrompez-vous !
Voilà à une exposition qui fait du bien, qui sort de l’ordinaire. Le but n’est pas ici de vous présenter un amoncellement d’objets plus beaux les uns que les autres, c’est ici un véritable travail de mémoire autour d’un épisode – crucial – de notre histoire qui a été presque totalement occulté par la 1ère et la 2nd Guerre Mondiale.

Véritables jalons, les années 1870-71 marquent la fin du Seconde Empire. La France entre en guerre avec l’Allemagne, elle perd, à cela vient s’ajouter une guerre civile : la commune. Le pays n’est pas au sommet de sa gloire, il souffre et cela impacta grandement le dénouement du conflit suivant : la 1ere Guerre Mondiale (grosso modo on pourrait dire que suite à la défaite de l’Allemagne, la France, revancharde, se venge).
À l’approche des 150 ans de cet événement, le musée de l’armée vous propose de partir à la (re)découverte de l’histoire de l’Europe. Car oui, sans 1870-71, il est certain que l’Europe n’aurait pas le même visage aujourd’hui !

Rodin. L’exposition du centenaire au Grand Palais (1)
Du 22 mars au 31 juillet 2017

Psssssst abonnez-vous à ma chaîne YouTube si cela n’est pas encore fait ! Pour cela il vous suffit de cliquer sur le petit bouton rouge en bas à droite de la vidéo.

 Je vous avais déjà réalisé un article sur cette exposition, je me limiterai donc ici à vous faire un renvoi à celui-ci. Pour le lire il faut suffit de cliquer ici.

113 ors d’Asie au musée Guimet
du 21 juin au 4 septembre 2017

Si en Occident l’or a une valeur monétaire évidente, en Asie il n’a que très rarement été utilisé pour cela. Statues, bijoux, écritures … c’est un matériau avant tout associé au domaine des arts et notamment des arts religieux (2) – bien qu’il soit aussi un signe manifeste de richesse pour celui qui le possède. Pour illustrer au mieux cette pratique 113 objets ont été retenus par le musée Guimet pour cette exceptionnelle exposition. 113 chefs-d’œuvre.
Partout votre œil est attiré par le métal scintillant. Prenez votre temps, admirez les détails de l’or finement travaillé.

113 ors bis.JPG
Bodhisattva au mille bras (c) Arts & Stuffs

Mon coup de cœur : la statue du bodhisattva aux mille bras ! Il lui en manque quelques-uns aujourd’hui mais il fait toujours un effet impressionnant.

Profitez également de votre passage au musée Guimet pour voir l’exposition de la bibliothèque dédiée aux paysages japonais où vous attendent quelques magnifiques œuvres d’Hokusai, dont un exemplaire de la (célèbre) vague (3) ainsi que faire un tour dans l’hôtel d’Heidelbach qui vient de reouvrir ses portes (4) – Le prix est inclus dans le billet alors nulle raison de s’en priver ?

Portraits de Cézanne au musée d’Orsay
Du 13 juin au 23 septembre 2017

Lorsque l’on évoque Cézanne, on pense en premier à ses paysages. C’est ce qui a fait son renom et c’est d’ailleurs ce qu’avait mis en avant le film Cézanne et Moi sorti l’an passé (et qui n’est pas une référence en soit).
Il a pourtant peint plus de 200 portraits dont une vingtaine d’autoportraits ! Ce fut vraisemblablement le premier exercice auquel il s’est essayé, avant de s’attaquer àses fameux paysages.
Souvent considéré comme le père de la peinture moderne, ses portraits permettent de mieux comprendre la transition artistique qu’il opère. Ils posent notamment la question de la ressemblance au modèle. L’approche chronologique qui a été adoptée dans cette exposition permet de voir l’évolution de sa technique et l’attention qu’il porte à tenter de retranscrite la personnalité d’un individu.

IMG_3275.JPG
Cézanne, portrait de Gustave Geffroy, 1895-96, musée d’Orsay Paris

J’ai pour ma part toujours aimé l’œuvre de Cézanne, une peinture un peu rustre à l’image de l’artiste, sans complaisance, mais qui n’en est pas pour autant dénuée d’émotions.

L’Afrique des routes au musée du Quai Branly
du 13 janvier au 12 novembre

l’Art de voyager sans partir de Paris. C’est un voyage tant géographique que dans le temps que nous propose le musée, qui fidèle à lui-même nous emmène loin de l’occident.
Nous voici donc en Afrique. Le berceau de l’humanité dont l’histoire est souvent encore résumée à l’histoire coloniale, résumant par là même sa culture à ce que ces colons ont pu apporter. Cette exposition vient bousculer les clichés et montrer un continent loin déjà très ouvert avant l’arrivée des Européens. Pour cela 300 pièces ont été réunies, dans 7 salles thématiques qui évoquent les différents moyens de transferts : routes commerciales, spirituelles … une riche exposition qui vient assez justement compléter la vision offerte par l’exposition de l’Institut du monde arabe (voir au-dessus).

Votre billet vous donnera également accès à l’exposition la pierre sacrée des MaorisIntéressante, l’exposition propose notamment de toucher cette fameuse pierre ! Aspect essentiel puisque l’évènement est tour

Cette liste est avant tout le reflet des expositions que j’ai déjà faites et que j’ai aimées. Vous pouvez lui ajouter deux expositions que je n’ai pas encore faites mais qui sont sur mon programme de l’été :

On s’y retrouve pour visiter ensemble ?

Pour plus d’expositions, sur Paris et sa banlieue vous pouvez également vous référer à l’article de Time Out en cliquant ici.

Pour un listing un peu plus complet des activités (en plus des expositions) cliquez ici.

———————————

(1) Si vous avez quelques euros en plus à dépenser – ou que vous possédez la carte Sésame – vous pouvez également profiter de l’exposition Jardins jusqu’au 24 juillet 2017. Si on apprécie les œuvres, on regrette l’absence de propos véritable construit, c’est pour cela que je ne l’ai pas mise dans ma sélection.

(2) L’or peut représenter soit la chair des dieux soit la lumière qui émane de leur corps.

(3) Il s’agit de la seule œuvre présentée sous un rideau, la protégeant de la lumière. Pensez donc à le soulever pour ne pas passer à côté de ce chef-d’œuvre.

(4) Par ailleurs l’hôtel particulier abrite cet été une exposition sur la porcelaine d’Asie. Je ne mets pas cette exposition dans ma sélection car j’y ai été peu sensible, mais vous pourrez trouver plus d’informations dessus en cliquant ici.

 

 

 

 


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s