Les appartements Napoléon III, une plongée dans le temps.

Musée du Louvre, aile Richelieu, 1er étage.

Tout n’est que luxe. Pièce après pièce nous sommes submergés par le luxe des anciens appartements impériaux. Les lustres gigantesques nous éblouissent, le pourpre des étoffes des fauteuils appelle au délassement. Partout l’or scintille.

Les empereurs sont rarement connus pour leur goût du minimalisme. Napoléon III n’échappe pas à la règle bien que son règne n’ait duré que 17 ans, presque 18 (2 décembre 1852 – 4 septembre 1870).
C’est d’abord avec le faste du première Empire, que Napoléon III souhaite renouer mais également avec la richesse du règne de Louis XIV dont l’Impératrice Eugénie apprécie particulièrement le style. Ces goûts se retrouvent alors évidement dans la production artistique qui privilégie la somptuosité et l’éclectisme. Tous les styles se côtoient : depuis l’architecture gréco-romaine jusqu’au néoclassicisme en passant par la Renaissance, plus dans un souci d’esthétisme que de véracité historique.
Reste systématiquement les ornements, dorés, en surabondance.

appart napoleon 4
Les appartements Napoléon III, musée du Louvre, Paris (c) Arts & Stuffs

Rentrer dans les apparentements Napoléon II, c’est remonter les siècles et plonger tête la première au cœur de cette magnificence.
Témoignage merveilleux d’une époque révolue.
Ici le temps semble figé. On s’attend à chaque instant à ce qu’un ministre pressé, ou tout autre personnalité de la cour, vienne interrompre notre visite.

Faire revivre le passé, c’est le pari relevé par Musée Sonique, un « atelier-laboratoire » du Conservatoire Supérieur d’Art Dramatique de Paris et de l’Idefi-Creatic.
Pour la première édition des Jeunes Ont la Parole 2017 des étudiants de Master des Universités de Paris VIII et de Paris X ont réalisé un « parcours sonore dramatisé », sous la direction de Linda Duskova et de Lucas Lelièvre professionnels du monde du spectacle.

musée sonique.JPG
(c) Arts & Stuffs

Des étudiants ont tenté de créer un lien entre ce témoignage d’un temps révolu et l’Historique à laquelle il renvoie au travers d’une fiction sonore.
À partir d’extraits des Châtiments de Victor Hugo et du Misanthrope de Molière, et en s’inspirant de la vie de cour narrée dans l’ouvrage de Madame Carette, Souvenirs intimes de la cour des Tuileries, c’est tout un scénario qui a été imaginé pour nous plonger au cœur d’une fête mondaine du Second Empire.

Le casque sur les oreilles, on déambule au milieu des pièces et l’on remonte les siècles guidés par la voix de comédiens.  Les différentes voix sont autant de fantômes qui viennent nous interpeller.
On s’arrête un instant devant un miroir. Stimulé par le cadre figé dans le temps, notre imaginaire tourne à plein régime. On se laisse prendre au jeu, on devient Eugénie, impératrice de France (1).

Il ne me reste plus qu’à vous inviter à essayer l’expérience par vous-même.

Vous pouvez ensuite poursuivre votre visite dans le département des objets d’art avec l’article d’ Ô mon château.

————————————

(1) Certain regretteront qu’il n’existe pas une version pour les hommes.


Une réflexion sur “Les appartements Napoléon III, une plongée dans le temps.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s