Vermeer et Valentin s’installent au Louvre

Vermeer s’installe au Louvre pour trois mois. C’est LE blockbuster patrimonial de l’année. Douze tableaux du maître hollandais sont exposés dans le musée parisien, soit un tiers de sa production (connue) : une première depuis 1966 !

Parmi les prêts, l’un – qui n’a été accordé que pour l’étape parisienne de l’exposition,  planifiée à Dublin et Washington – retient particulièrement l’attention : celui de la Laitière du Rijksmuseum (Amsterdam).  Cette « Joconde du Nord » comme certains se plaisent à l’appeler, personnage vampirisé depuis 40 ans par une grande marque de produits laitiers (le pot de yaourt ayant beaucoup fait pour sa popularité,) ne manquera pas d’attirer les foules.

vermeer-la-laitiere
Johannes Vermeer La Laitière (c) Amsterdam, The Rijksmuseum

A s’attarder quelques instants sur le titre de l’exposition Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, on note que Vermeer n’est pas le seul à l’honneur. La légende du peintre isolé s’efface. Si son œuvre conserve son caractère unique, elle est ici mise en relation avec la production de ses contemporains : Gérard Dou, Caspar Netscher … tous s’appliquent, dans un contexte d’émulation propice au développement de la peinture de genre, à représenter le quotidien et l’intimité de la vie domestique

Vermeer prend ainsi place dans un réseau artistique dense. Grâce auquel il a pu enrichir sa propre peinture, transposant et sublimant le quotidien. Au milieu de ses contemporains, l’artiste , appelé sans doute à tort « Sphinx de Delft » (1), se démarque comme le maitre incontesté de la lumière et du réel magnifié.

On apprécie ici particulièrement la sobriété de l’accrochage, les discrètes cimaises, les cartels point trop imposants qui permettent pleinement d’apprécier les œuvres exposées.

Une fois votre visite terminée, ne boudez pas Valentin de Boulogne, d’autant plus que l’entrée des deux expositions est comprise dans votre billet.  Traversez la rotonde pour aller découvrir la première rétrospective consacrée à ce caravagesque qui fut certainement l’un des plus originaux de son temps. Le titre de l’exposition Réinventer Caravage prend alors tout son sens.

L’artiste a en effet résidé et travaillé de nombreuses années à Rome où il a largement pu s’inspirer du Caravage (lien). Des fonds sombres, une lumière forte qui vient dévoiler au spectateur une scène sous tension que le clair-obscur (2) renforce, un réalisme dramatique… les codes sont les mêmes.

Ironie du sort, les similitudes ne s’arrêtent pas là et le français eut une vie similaire à celle de l’italien qui se conclut par une mort prématurée !

Peu connue du grand public, son œuvre mérite le détour. Peut-être peut-on regretter que le Louvre n’ait pas choisi de présenter également une œuvre de Caravage, par exemple la diseuse de bonne aventure, afin de de mettre en évidence la filiation entre ces deux grands artistes.

valentin .jpg
Valentin de Boulogne David et Goliath (c) Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid.

Informations pratiques :
L’accès aux expositions Vermeer et les maîtres de la peinture de genre et Valentin de Boulogne s’effectue exclusivement sur réservation d’un créneau horaire de visite à retirer sur place le jour même (3).
Du 22 février au 22 mai 2017
Musée du Louvre
Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€ sur place.
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

—————————

(1) Expression due à Théophile Thoré-Bürger lorsqu’il redécouvre la peintre de Johannes Vermeer à la fin du XIXème siècle.

(2) « clair-obscur » : effet consistant à moduler la lumière sur un fond d’ombre, suggérant ainsi le relief et la profondeur.

(3) Victime de son succès l’exposition Vermeer est prise d’assaut et les temps d’attente peuvent être longs. Le Louvre cherche actuellement des solutions pour tenter d’y remédier. En attendant sachez que votre patience sera mise à mal, mais cela en vaut la peine !
Pour comprendre un peu mieux les déboires qui font suite à l’exposition Vermeer au musée du Louvre je vous invite également à lire l’article de Louvre Pour Tous Vermeer, Victime du Louvre.


2 réflexions sur “Vermeer et Valentin s’installent au Louvre

  1. Dommage que je ne sois plus à Paris pour voir cette expo. Les conditions d’accès, pas très pratiques, ne facilitent pas les choses pour les personnes qui viennent passer une journée dans la capitale. Du coup je pense que je n’irai pas la voir, même si Marcel Proust l’aimait beaucoup !

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s