Montparnasse, terrible repaire d’artistes

De nombreuses générations d’artistes se sont succédées dans le quartier de Montparnasse, rien d’étonnant lorsque l’on sait que son nom fait référence au mont Parnasse, lieu de résidence des muses selon la mythologie grecque.

Dès le milieu du XIXème siècle, encore faubourg campagnard, Montparnasse séduit de nombreux artistes. Le catalogue du Salon de 1868 indique que parmi les peintres et sculpteurs « parisiens » représentés, 26% habitent ce quartier. Il faut encore ajouter à cela un certain nombre d’étrangers.

montparnasse gallica.png
Vue des environs de Paris sur la route d’Orléans, quartier Montparnasse, XIXème siècle. Source : Gallica, BnF.

Vers 1900, Montparnasse détrône même Montmartre et devient LE quartier des artistes tant et si bien que l’urbanisation va en tenir compte.

La rue Cassini, qui longe l’Observatoire de Paris, montre bien cette adaptation de l’urbanisation. Trois villas, parfaitement conservées, et édifiée entre 1903 et 1906 selon des architectures distinctes reprennent le même modèle d’habitation au RCH et au premier étage, le tout surmonté d’un atelier caractérisé par ses grandes ouvertures.

montpar rue cassini.JPG
Rue Cassini, Paris.

On observe dans l’ensemble de ces demeures une démarche architecturale alors en place et une recherche de plus de dépouillement dans les façades, prémices de l’œuvre rationaliste d’Auguste Perret.

1910, avec une immigration massive venue des pays de l’Est voit, les cités d’artistes qui prolifèrent. Implantées en périphérie de zones à forte densité, ces cités s’inspirent de l’architecture industrielle et offrent des loyers très bas pour des générations d’artistes souvent peu fortunés. Ce fut Auguste Perret, précédemment mentionné, qui fut le premier à réaliser un immeuble reprenant le modèle industriel : une structure construite à l’aide de poteaux et de poutres de béton armé, ce qui permet d’éclairer au maximum les espaces intérieurs.

L’un des plus beaux exemples est probablement l’immeuble situé au 31 rue Campagne-Première, réalisé en 1911. La structure en béton habillée de carrelage confère à l’édifice une certaine élégance. Ici l’architecte André Arfvidson définit le modèle de l’immeuble pour artistes. Quatre niveaux d’ateliers sont superposés, chacun des ateliers possédant un logement en duplex avec chambre, cuisine, salle de bains et même salon ! Le tout étant équipé d’un chauffage central, de l’électricité, du téléphone et d’ascenseurs. Un certain luxe pour l’époque. L’artiste est au début du XXème siècle un client de choix pour les promoteurs immobiliers.

montpar atelier .JPG
31 rue Campagne-Première, Paris.

Plaque tournante du monde culturel, Montparnasse voit naître de nombreux mouvements artistiques tel que le cubisme dont Picasso est l’une des figures de proue. Picasso qui, évidemment, résidait dans le quartier.

Petit à petit Montparnasse devient le cœur de la vie intellectuelle et artistique de Paris. Les cafés proches de l’actuelle place Pablo Picasso sont lieux de rencontres et d’échanges. Les artistes y viennent et sont autorisés à consommer pour des prix dérisoires. S’ils s’y endormaient les serveurs avaient pour ordre de ne pas les déranger.

picasso à montpar.png
Pablo Picasso & Moïse Kisling dans le quartier Montparnasse. Photo de Jean Cocteau.

Cette effervescence commencera à s’estomper au cours des années 1930, puis définitivement suite à la Seconde Guerre Mondiale. Aujourd’hui Montparnasse est avant tout connu comme le quartier d’affaires de la Rive Gauche. C’est dans une tentative de sauvegarder cet aspect culturel que s’ouvrit en 1998 le musée du Montparnasse – musée aujourd’hui fermé.

Se promener dans Montparnasse c’est constater que l’histoire de l’art est étroitement liée à l’évolution de l’urbanisation. C’est voyager au travers du temps et de l’Art. Paris regorge de quartiers marqués par la présence d’artistes, je vous invite à poursuivre cette promenade dans la capitale, pour ceux qui le souhaitent à l’aide de l’ouvrage de J.-C. DELORME & A.-M. DUBOIS, Ateliers d’artistes à Paris, Parigramme, 2015.

E.E.


Une réflexion sur “Montparnasse, terrible repaire d’artistes

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s