La rentrée culturelle 2016 #2

La rentrée est maintenant passée depuis un bon mois, il est temps de faire le point sur les autres grandes expositions.

Suite de ma sélection parisienne :

Rembrandt intime au musée Jacquemart André du 16 septembre 2016 au 23 janvier 2017

expo-rembrandt

Le peintre néerlandais aura fait parlé de lui en 2016. D’abord avec l’acquisition de portraits par le Louvre et le Rijkmuseum pour une somme des plus « modiques». Désormais avec l’exposition parisienne du musée Jacquemart André qui présente de nombreuses œuvres du maître du clair-obscur.

Autour des trois œuvres que le musée possède – qui a elles seules auraient pu justifier une exposition – ainsi que grâce à de nombreuses prêts venus du monde entier, c’est un autre Rembrandt qui se dévoile. Intime. La trentaine d’œuvres présentées : dessins, gravures, esquisses et œuvres de format modeste souligne la délicatesse de la peinture, sa recherche constante de perfection. On regrette toutefois que sur l’ensemble des œuvres peu soient de la main de Rembrandt, mais essentiellement de son entourage.

Comme souvent au musée Jacquemart André on reste sur sa faim. On en voudrait plus. On apprécie néanmoins l’intimité qu’offre l’ancien hôtel particulier, la promiscuité avec les œuvres qui colle ici parfaitement avec l’intitulé de l’exposition.

Spectaculaire Second Empire au Musée d’Orsay du 27 septembre 2016 au 15 janvier 2017.

spectaculaire second empire.jpg

Le règne de Napoléon III est souvent, aujourd’hui, résumé à la défaite de Sedan – suite à la guerre franco-prussienne – et aux récits pas toujours valorisants qu’en ont fait divers auteurs dont le plus célèbre reste Victor Hugo (1). C’est oublier bien vite que c’est sous le Second Empire que la France accomplit sa révolution industrielle,les chemins de fer se développent, le baron Haussmann perce les grands boulevards parisiens, les grandes gares sont édifiées de même que l’actuel Palais de Justice et l’Opéra Garnier, c’est le temps des expositions Universelles avec celles de 1855 et 1867, etc …  Le Second Empire fut avant tout une époque de prospérité, un temps de fastes et de célébrations.

Avec son exposition intitulée « Spectaculaire Second Empire » le Musée d’Orsay entend renouveler la vision de cette période de l’histoire qui a façonné la France et sa Capitale.

Les nombreuses peintures, sculptures, photographie, dessins, objets d’art et autres éléments, disposés selon un parcours thématique feraient mordre leur chapeau aux détracteurs de Napoléon III. Le temps de la visite nous nous plongeons dans le faste d’antan, le pari est réussi, l’Empire brille à nouveau.

Oscar Wilde, l’impertinent absolu  au Petit Palais du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017

oscar-wilde-petit-palais

Sûr de lui, Oscar Wilde trône dans les allées du Petit Palais. Il s’agit de la première grande exposition française qui lui est consacrée. L’auteur du portrait de Dorian Grey  n’est pas peu fier.

C’est un portrait complet de l’écrivain irlandais qui nous est fait. Selon un parcours thématique et chronologique, nous sommes d’abord invité à découvrir le jeune Oscar Wilde, critique d’art, s’ensuivent New York et ses péripéties, puis Paris.  Nous faisons la connaissance de l’homme, de l’esthète puis de l’écrivain.

Plus qu’un hommage au dandy, c’est une rencontre avec cette figure atypique. C’est peut-être là que cela bloque pour moi. Si j’admire ses écrits, l’auteur lui m’agace. Cette impertinence mise en avant m’horripile. C’est un ressenti très personnel, qui ne remet pas en cause la qualité de l’exposition, qui reste une excellente occasion de découvrir ou redécouvrir cet incontournable de la littérature, et de la culture anglo-saxonne.

Magritte. La tromperie des images au centre Pompidou du 21 septembre 2016 jusqu’au 23 janvier 2017.

expo magritte.png

Une pomme. Une pipe. Un chapeau melon. Magritte s’expose.

Figure emblématique du surréalisme, c’est probablement le belge le plus connu après Hergé et Tintin – une exposition lui est d’ailleurs actuellement consacrée au Grand Palais (2).

Artiste incontournable du XXème siècle, Magritte, avec son œuvre, a profondément marqué l’histoire de la peinture, manipulant la réalité. Qui ne connait pas son célèbre tableau d’une pipe ? Le spectateur voit une pipe à fumer au-dessus de laquelle est écrit « ceci n’est pas une pipe »… AH ! Mais qu’est-ce donc si l’on voit une pipe mais que cela n’en est pas une ?!… L’image d’une pipe pardi !

Intemporelle, Magritte met en avant l’image, le rêve et la pensée humaine. Cela peut sembler abstrait dit comme cela. De prime abord, peu d’émotions semblent se dégager de son œuvre, elle est pourtant la porte ouverte sur l’imaginaire. Présentés sous forme de devinettes, les tableaux comprennent leurs propres clés de compréhension. À vous de faire le reste. Tout ce qui est figuré a été choisi avec un soin extrême pour que cela soit accessible et « lisible » de tous.

Au travers d’une scénographie de prime abord rigide et austère, le centre Pompidou réussi le pari de nous plonger dans l’imaginaire rationnel de l’artiste belge. Le spectateur est ici contraint de sortir de sa torpeur habituel face au flux constant d’images.

E.E.

(1) Mentionnons à titre d’exemple l’ouvrage pamphlétaire écrit par Victor Hugo et paru en 1852 : Napoléon le Petit

(2) Oui, j’ai omis cette exposition dans ma sélection tout simplement parce que j’y suis moins sensible. Cela ne remet pas en cause la qualité de l’exposition.


2 réflexions sur “La rentrée culturelle 2016 #2

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s