Victoria : redécouverte d’une figure de l’Histoire.

Depuis cet été passe sur la télévision anglo-saxonne une série historique sobre intitulée Victoria. Nouveau period drama qui vient remplacer Downton Abbey sur la chaîne ITV. Relatant les débuts du règne de la jeune Victoria, reine d’Angleterre, la série est déjà un véritable succès avec une moyenne de 7.7 millions de personnes en audience pour chaque épisode.

meet_the_cast_of_victoria
Casting saison 1 de Victoria sur ITV

Sans réel pouvoir (1), la reine Victoria reste néanmoins aujourd’hui une figure emblématique de l’Histoire d’Angleterre. Symbole d’une nation à son apogée. Indissociable de l’histoire de l’Europe, il est aujourd’hui difficile de s’imaginer que ce sont les hasards de la succession qui en firent le successeur (2) de Guillaume IV, son oncle, sur le trône du Royaume-Uni d’Angleterre et d’Irlande en 1837.

Lorsqu’elle monte sur le trône Victoria n’a que 18 ans et est fort inexpérimentée en politique.

Une crise monastique ne facile pas la tâche de la jeune femme. La dynastie est notamment discréditée par la longue folie du roi George III, grand-père de Victoria, et par les frasques de ses enfants dont l’un n’eut pas moins de dix enfants illégitimes.

A cela il faut ajouter la révolution industrielle qui engendre de douloureuses mutations.

Grâce à son fort caractère et à l’aide de Lord Melbourne, son premier ministre (3), qui va l’initier aux affaires publiques, Victoria changera la donne pendant les 64 ans de son règne. À la veille de sa mort, la monarchie est à son apogée. La reine est enfin populaire et à la tête de la première puissance mondiale.

La série suscite néanmoins un certain nombre de critiques du point de vue historique. Tout comme Versailles, Victoria prend le parti de faire une histoire romancée néanmoins elle s’appuie sur des faits avérés. Ainsi si l’amourette entre la jeune souveraine et son premier ministre – tant décriée dans les média – n’est pas véridique, l’affection de la jeune femme pour Lord Melbourne est avérée.

Mais c’est principalement dans les détails que se distingue la série. Voici 5 faits repris par le show et qui sont véridiques (3) :

* L’entourage de la reine semble constamment se moquer de la taille de la souveraine. En effet Victoria mesurait à peine plus d’1m50, ce qui est loin de la carrure que l’on peut imaginer pour un monarque.

* Elle a été élevée par une mère célibataire. Son père, Edouard duc du Kent quatrième fils du roi George III, est mort d’une pneumonie.

alors qu’elle était encore bébé

* Suite à la mort de son père, Victoria est troisième en liste pour le trône. Elle fut alors rapidement mise à l’écart de la société et du reste de sa famille, par sa mère. Celle-ci agissant sous l’influence de Sir John Conroy, qui espérait ainsi avoir la main mise sur le pouvoir.

* Son « coup de foudre » pour le Prince Albert de Saxe-Coburg-Gotha est aussi tout à fait véridique. A ceci près qu’elle le rencontra pour la première fois lorsqu’elle avait 16 ans et qu’elle l’apprécia immédiatement. Leur mariage fut passionné comme le prouve son journal où elle écrit :

« without him everything loses its interest », sans lui tout perd de son intérêt.

* C’est la souveraine qui a dû faire la demande en mariage et non l’inverse. Etant reine sa main ne pouvait être demandée, de par son statut elle n’était pas également tenue dans ses vœux d’accepter de se soumettre à son époux.

Le plus grand débat sur la série restant à savoir si l’actrice, Jenna Coleman, ressemble ou non à la souveraine. Je vous laisse juge !

young-queen-victoria
Franz Xaver Winterhalter, Portrait de la reine Victoria lors de son couronnement, collections royales.
victoria-itv-jenna-coleman.jpg
Victoria ITV, couronnement de la reine, Saison 1.

Pour pousser plus loin, et qui sont à l’aise avec l’anglais (4) vous pouvez également lire les biographies réalisées pas Christopher Hibbert et Elizabeth Longford. .

E.E.

(1) La monarchie anglaise est une monarchie parlementaire, c’est à dire que le pouvoir monarchique est associé à un pouvoir parlementaire, le pouvoir du souveraine est donc limité. Vous pouvez en apprendre plus sur l’histoire de la monarchie anglaise en cliquant ici.

(2) Pour ceux qui penserait que je fais ici une grossière faute de français sachez que le mot « successeur » n’as pas de féminin. Tout simplement car ce n’est ni un titre, ni une fonction, mais une situation. Il en est de même pour le terme « prédécesseur ».

(3) Ce ne sont évidemment pas les seuls, mais pour cela le découvrir je vous encourage vivement à lire la biographie recommandée en fin d’articles ainsi qu’à vous. Notez que le mode de vie retranscrit, par exemple avec les serviteurs dinant/conversant tous ensemble dans une pièce qui leur est réservée correspond également à la réalité de l’époque.

(4) Je n’ai hélas pas trouvé d’ouvrages correctes en français sur le sujet, si vous en connaissez n’hésitez pas à le signaler.


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s