PALMYRE, LA MEMOIRE SAUVEGARDEE.

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980 (1), la cité antique a fait de nombreuses fois la une des journaux au cours de l’année 2015 (2). Défigurée, saccagée, Palmyre est méconnaissable. Sa splendeur ne peut plus se découvrir qu’aux travers de livres et d’anciennes photographies.

site_0023_0019-500-332-20151104161834
Palmyre. Photo de Ron Van Oers. Copyright photo : UNESCO.

Des monuments antiques ont été détruits. C’est une perte inestimable pour le patrimoine culturel mondial. D’accord. Mais savez-vous pourquoi ? Soyons francs, je suis la première à avoir longtemps ignoré l’ampleur de la valeur historico-culturelle de Palmyre.

Oasis dans le désert, Palmyre était l’un des sites archéologiques gréco-romains les plus somptueux  découverts avec Pompéï (Italie – 3) et Ephèse (Turquie – 4). Carrefour entre l’Empire romain et l’Orient, Palmyre, république marchande, était construite à l’image de sa mixité culturelle. L’art et l’architecture de la ville unissait les modes gréco-romaines aux traditions locales. Les civilisations s’y rencontraient, y coexistaient avec beaucoup moins d’animosité qu’aujourd’hui.

site_0023_0045-500-332-20151104161853
Palmyre. Photo de Ron Van Oers. Copyright photo : UNESCO.

Paul Veyne, éminent historien spécialiste de la Rome Antique (5), s’est penché avec émoi sur la ville syrienne qu’il a de nombreuses fois rencontré tout le long de son « chemin professionnel ». Certains ont vu dans Palmyre, l’irremplaçable trésor, un cri de douleur et de sidération, mais c’est avant tout un portrait resplendissant de l’antique Palmyre que dresse l’historien dans cet ouvrage. L’ancien professeur reprend ici son rôle d’enseignant, et nous fait voyager dans le temps et dans l’histoire. S’il laisse transparaitre, brièvement, son incompréhension et sa peine, ce n’est pas là son propos.

Pour ma part, je retiendrai de Palmyre, grâce à cet ouvrage, qu’il s’agissait d’une ville où se rencontraient plusieurs mondes, où régnait la tolérance et qui fut détruite par l’intolérance (5).

Mise en page 1

Paul Veyne, Palmyre. L’irremplaçable trésor, Paris, 2015.

E.E.

(1) Vous pouvez retrouver sur le site de l’UNESCO une riche présentation du site et de nombreuses photos : http://whc.unesco.org/fr/list/23/

(2) De nombreuses destructions ont été opérées à Palmyre au cours de l’année 2015, pour en prendre conscience il vous suffit de taper « Palmyre destruction » pour voir des dizaines d’articles défilés. Un des exemples les frappants est peut-être la destruction du temple de Bêl : Le monde,  » A Palmyre, le grand temple de Baal aurait été drétuit », article du 31 août 2015 http://www.lemonde.fr/architecture/article/2015/08/31/a-palmyre-le-grand-temple-de-baal-aurait-ete-detruit_4741195_1809550.html

(3) Ancienne ville de l’Empire Romain, elle est notamment célèbre à cause de l’éruption du Vésuve de l’an 79 qui l’a ensevelie et a permis de la retrouver dans un état de conservation exceptionnel. Pour en savoir plus sur Pompéi : http://www.larousse.fr/encyclopedie/ville/Pomp%C3%A9i/138675

(4) Ancienne cité grecque d’Asie mineure, Éphèse pour en savoir plus : http://www.larousse.fr/encyclopedie/ville/%C3%89ph%C3%A8se/118191

(5) Ancien élève de l’École normale supérieure, puis de l’École française de Rome, Paul Veyne a été nommé professeur d’histoire romaine au Collège de France en 1975. Il a notamment écrit L’Empire gréco-romain, ouvrage de référence sur la question. Pour en savoir je vous propose un article paru dans les Inrocks en 2014 à l’occasion de la sortie de son autobiographie : http://www.lesinrocks.com/2014/10/26/livres/paul-veyne-quelle-ete-vie-11531188/

(6) «  … Les islamistes veulent manifester que les musulmans ont une autre culture que la nôtre, une culture qui leur est propre. Ils ont fait sauter ce temple de Palmyre [le temple de Bêl] et ils ont saccagé plusieurs sites archéologiques du Proche-Orient pour nous montrer qu’ils sont différents de nous et qu’ils ne respectent pas ce que vénère la culture occidentale …» Paul Veyne, Palmyre. L’irremplaçable trésor, 2015, p. 119.

 


Une réflexion sur “PALMYRE, LA MEMOIRE SAUVEGARDEE.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s