PARIS, mon amie.

Je sais que certains se sont inquiétés lorsqu’ils ont vu le hashtag #prayforparis apparaitre sur les réseaux sociaux la nuit du vendredi 13 novembre 2015. Je vous rassure : Paris Hilton va bien !

Ma ville en revanche se porte plus mal. Honteusement attaquée un soir de fête, blessée dans son amour de vivre, Paris se relève doucement mais surement. J’ai eu la chance extrême de ne voir aucun de mes proches victimes de cette barbarie, ils n’en sont pas moins affectés. Il y a ceux qui ont perdu quelqu’un et les autres, comme moi, qui se désolent de voir tant de cruauté et leur ville meurtrie de la sorte. Au fond, Paris aussi est une amie.

Paris a vu mes premiers amours, mes premiers rendez-vous, mes premiers baisers. Paris a assisté à mes succès comme à mes échecs. Paris m’a vu ivre de joie et d’alcool sur les quais de Seine avec mes amis. Paris je l’ai raconté à des centaines de touristes lorsque je travaillais sur les « bateaux-mouches ». Avec Paris j’ai partagé mes rires et mes pleurs.

Alors Paris, ainsi frappée, c’est moi, mais aussi des milliers de gens qui sont frappés. ILS sont venus ensanglanter ce lieu chargé de nos souvenirs et tentent d’entacher tous ceux à venir. ILS ont souillé un sanctuaire où les gens viennent librement se rencontrer, s’aimer, exister.

Paris existait bien avant eux. Bien avant leur bêtise.

Lutèce (aujourd’hui Paris) fut construite dans l’Antiquité (1). Quelques vestiges en sont encore visibles. Pour faire face au passé, il vous suffit de passer boulevard Saint-Michel ou boulevard Saint-Germain. Là où se rencontrent les deux artères s’élèvent les ruines des thermes de Cluny. Construits vers le IIème siècle de notre ère, ces thermes permettaient certes aux habitants de la ville d’avoir une hygiène correcte mais c’était aussi un lieu de vie important. Il y avait également un théâtre, lieu de culture et d’émotions, un peu plus haut sur le boulevard Saint-Michel, au niveau des caves du Lycée Louis Le Grand. TOUT CA POUR DIRE que dès l’Antiquité Paris était déjà pleine de vie ! Il y avait bien sûr nombre d’autres choses et le vin – parce que oui une réputation de pochetron comme la nôtre ça se construit sur des siècles – mais mon but n’est pas ici n’est pas de vous rejouer le Métronome. d’autant plus que c’est un ouvrage médiocre.

De tous temps, Paris a suscité envies et jalousies. Même Ragnar Lodbrok a tenté de s’emparer de Paris dans un épisode de Vikings. Souvent critiquée, elle est, au XVIIIème siècle, qualifiée de « capitale du vice » et ce à cause de l’importance de son commerce galant. Au siècle suivant, sous l’Empire, la prostitution se développe, l’homosexualité s’intègre peu à peu à la société ainsi que la pornographie (2). Quelle décadence !

Regardez également les rois de France, les rois TRES chrétiens, premiers à s’adonner au plaisir de la chair, du vin et de la bonne bouffe. Un épisode de la série Versailles suffira à vous convaincre. Notre mode de vie ne se limite pas pour autant à cela, regarder les dizaines de musées, théâtre et autres lieux de culture et de partage que compte la capitale française. Nous l’avons vu les théâtres existent depuis l’antiquité, mais les musées ! Pensez au Louvre qui fut transformé en musée en 1793 (3), au lendemain de la révolution française… et la REVOLUTION FRANCAISE ! Ça aussi nous en faisons toute une histoire : « les hommes naissent et demeurent LIBRES et égaux en droits ». Cette liberté qu’ILS tentent d’éradiquer.

Cela peut paraître simpliste comme présentation, il y aurait bien sûr nombre de choses à dire encore sur le sujet. Mon but n’est pas ici d’être exhaustive. Soulignons néanmoins que nous sommes fiers de notre passé, si riche, et de ce mode de vie. Parfois trop fiers, au point que le « french bashing » existe et que le reste de la France peut parfois nous exécrer, mais nous sommes les premiers à nous en amuser.

La vie est un amusant, une fête. Or « Paris est une fête » (4).

E.E.

(1) Pour découvrir la ville antique de Lutèce voir http://www.paris.culture.fr/

(2) Pour en lire plus à ce sujet, se référer à la thèse Paris, ville de l’amour & du sexe, du 18e siècle à l’aube des années 1980 ou voir http://www.fabula.org/actualites/paris-ville-de-l-amour-du-sexe-du-18e-siecle-a-l-aube-des-annees-1980_53479.php

(3) Pour en apprendre plus sur l’histoire du musée voir http://www.louvre.fr/routes/du-palais-au-mus%C3%A9e

(4) Ernest Hemingway, Paris est une fête, 1964.


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s